Blog

Il y des discours, de la propagande remâchée, il y a des idées qui volent de tête en tête sans jamais entrer vraiment dans aucune. Il y a des histoires d'amour, de sexe, de passions torrides, des histoires d'horreur, des histoires pour les enfants, pour les jeunes, pour les femmes, pour les déshérités. Des histoires de vengeance, de promesses, des histoires à dénoncer, des histoires à espoir, des histoires sur l'art de raconter des histoires.

IMG 4332

Merci Charlie Kaufman

Nous sommes seuls, nous nous sentons incompris, nous avons peur, nous ne savons pas quoi faire, ni comment le dire.

Nous l’avouons, nous le cachons, nous le refoulons parfois aux oubliettes de notre conscience, nous nous frappons les côtes et nous avançons, puisque tous les autres font pareil.

Nous avançons, avec ce que nous avons, avec ce que nous savons. Avec ceux que nous avons, avec ceux qui nous ont.

Nous traçons nos routes incertaines dans les lignes de fuite de nos vies, elles-mêmes assombries et menacées par les lignes de fuite du monde. Vieilles croyances en ruines, braises froides des rêves d’antan, vestiges fumants d’un soi qui n’est plus, d’un temps qui n’est plus, tandis que le notre va trop vite vers un avenir confus.

Un futur flou dans lequel nos esprits se perdent ou qu’ils s’épuisent à imaginer, un avenir aux contours changeants dont les formes effrayantes semblent mieux dessinées que les paysages de paradis.

Et au milieu de ce fracas certains écrivent des histoires.

Dans ce torrent d’histoires il y a des histoires pensées, des histoires savantes sur les sociétés, la géopolitique, les stratégies internationales.
Il y des discours, de la propagande remâchée, il y a des idées qui volent de tête en tête sans jamais entrer vraiment dans aucune.
Il y a des histoires d’amour, de sexe, de passions torrides, des histoires d’horreur, des histoires pour les enfants, pour les jeunes, pour les femmes, pour les déshérités.
Des histoires de vengeance, de promesses, des histoires à dénoncer, des histoires à espoir, des histoires sur l’art de raconter des histoires.

Et au milieu de ces histoires il y a les scénarios.

Et parmi les scénaristes il y a Charlie Kaufman.

Et parmi Charlie Kaufman, il y a chacun de nous, et toutes les histoires possibles.

Ce qu’a fait Charlie Kaufman dans son discours aux Bafta, c’est la seule chose qu’un auteur peut faire de vrai dans un tel chaos : se déshabiller, et dire je suis nu.

Nu.

Avec les chiens, les fleurs, les nouveaux nés, les morts et les amants.
Nu avec les peuples, nu comme l’air, nu comme le temps, nu comme la lumière.
Nu comme la liberté, comme l’espoir, nu comme aux origines et nu comme bientôt.
Nu face à la vie, au monde, nus entre nous, nus face à nous.
Nus et heureux.

Merci Charlie. Nous sommes nus avec toi.

Et c’est la seule bonne nouvelle sur laquelle nous pouvons fonder un avenir radieux, créatif et solidaire.
Et c’est la seule façon d’écrire des histoires dorénavant.
Et c’est le seul chemin par lequel ce monde retrouvera ferveur et sérénité.

Et c’est la seule condition pour que nous dormions la nuit, un sourire aux lèvres, en pensant à demain, en pensant à chaque autre petit frère ou petite soeur de vie sur cette planète.

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Stories beyond frontiers. Les histoires font la loi.