Blog

On a retrouvé une photo de Rimbaud. J'aurai préféré un poème inédit. Du coup je ressors à sa santé un poème écrit en février 2009, un soir où je bouffais le noyau de la cerise comme dirait Higelin. Mais demain ce s'ra vachement mieux.

IMG 4298

Aimez les vivants

fourrure de gris et bleu

soyeuse plaque d’habitude

j’ai crié dans les forêts lourdes

seul, apeuré, je fus enfant


enfant pour l’armée des clairons du jour

ce fut école ou bien mourir

piètre soldat de solitude

fourrure de gris et bleu


emmitouflé dans les regards

j’ai cru disparaître au milieu

des sourires repus, des notes

l’adulte fut mon bon requin.


Il a des dents gorgées d’usages

une forteresse en dimanches

en je vous prie mais bien sûr

en voyons donc bien entendu


napoléon sans salissure

des dictées pour tout peloton

en maths encore ils capitulent

l’usure alanguit leur mâchoires


alors vient la récitation

suprême épreuve des poètes

l’initiation offerte en prime

quand on est fort de ses quatre ans


ils font le cercle avidement

poussent assiettes s’adossent bien

c’est un enfant il a la perle

gavons nous fort de sa lumière


et le petit danse ses mots,

s’entortille comme  en un sac

cherche les vers d’un autre enfant

mort après les avoir écrits


c’est une ronde de poètes,

d’exilés nus dans la tranchée

qui amènent les fleurs des bois

au beau milieu des sarcophages


c’est une guerre sans merci

contre les endurcis du cœur

il suffit pour s’y enrôler

de se faire massacrer de bonne heure.



2 Comments

  1. christiana04-25-2010

    Que c’est beau! Tellement sincère, écrit avec les tripes…

  2. omeyer04-25-2010

    Merci Christiana. Votre com’ m’encourage. J’ai longtemps eu du mal à laisser sortir ce type de textes. Mais ici, j’ose, je partage. Let freedom ring !

Leave a Reply

Stories beyond frontiers. Les histoires font la loi.