About

marc-omeyerLA PASSION…

J’aime écrire, penser, apprendre, partager.

J’aime faire partie d’équipes créatives, travailler sur des projets ambitieux.

J’aime l’écriture à plusieurs, la collaboration, l’énergie créative, l’enthousiasme.

Et j’ai une absolue confiance en la vie.

Si je me vois parfois comme un poète, je dois avouer que je suis avant tout un penseur passionné. Et entrer dans le monde du scénario, il y a 15 ans de cela, n’a fait qu’empirer les choses !

Le scénario est l’antichambre mystérieuse d’un monde fascinant. C’est l’écriture la plus difficile, dit-on, et sans aucun doute la plus addictive. Mais par dessus tout, c’est un exercice qui transforme le cerveau. Quand vous vous aventurez sur ces territoires, vous sentez littéralement vos neurones, chauffer, se câbler et s’interconnecter.

Les histoires sont faites de temps et d’émotions. Je crois qu’en premier lieu elle sont faites d’intelligence, un autre mot pour humanité authentique.

Retrouvez-moi sur Twitter → Linkedin → Google + →

Pour me contacter : omeyer.marc (at) gmail (dot) com

  • L’Art du Crime. 9 arts, 9 crimes, une vie.

    Scénarios des 9 albums : Marc Omeyer & Olivier Berlion.

    Éditions Glénat.
    Dessinateurs : Olivier Berlion (Tomes 1 & 9), Eric Stalner, Pedro Mauro, Eric Liberge, Karl T, Fabrice Druet, Marc Bourgne, Steven Lejeune.
    Lancement le 6 avril 2016.

    T1 la bande dessinée : Planches de sang.
    Dessin Olivier Berlion, couleurs Christian Favrelle.

    Planches de sang

    Manhattan, 1972.

    Art Blumenfeld, un vieux milliardaire philanthrope qui a fait fortune dans le cinéma, envoie une lettre à Nora Hathaway, une jeune métisse indienne, pour la presser de venir le retrouver à New York. À l’intérieur de l’enveloppe se trouve également l’exemplaire d’une BD culte parue dans les années 1940 : La Piste de Mesa Verde, dont l’auteur Curtis Lowell est mort accidentellement. Un album inachevé qui nourrit depuis des années l’obsession de Rudi Boyd Fletcher.

    Lorsque Nora arrive chez Blumenfeld, le vieil homme est déjà mort, victime de la folie d’un homme et de sa quête sanglante… Arrêtée par la police et accusée du crime, Nora ne pourra compter que sur un homme : John Stoner dit Snail, un flic atypique.

    Il est le seul à la croire. Mais pour la sauver, Snail va devoir pourchasser Rudi et pour cela, partir lui aussi à la recherche des cinq planches manquantes.

    Si elles existent…

     

  • T2 la peinture : Le paradis de la terreur.
    Dessin Eric Stalner, couleurs Delf. (parution début mai)

    Le paradis de la terreur

Paris, 1860.

Hippolyte Beauchamp, jeune peintre doué et ambitieux, est venu conquérir Montmartre armé de ses pinceaux et de sa fougue. Il peut compter sur l’aide de son ami d’enfance et riche héritier, Maxime.

Un soir, éméchés par l’absinthe, ils se font attaquer par deux voyous. À l’issue de l’affrontement, Hippolyte perd son meilleur ami et tue l’un de ses agresseurs.

Le regard de cet homme mort de sa main fait naître au cœur de l’artiste une émotion si forte qu’il peint avec rage dans la nuit un tableau bouleversé et magistral.

Le succès est immédiat : les critiques se précipitent et portent aux nues ce chef d’œuvre. L’artiste pressent le piège qui est en train de se refermer sur lui.

Il plonge alors dans ce qu’il appellera son « paradis de la terreur ».

Pour chaque toile, un crime…

 

 

  • T3 l’architecture : Libertalia, la cité oubliée.
    Dessin Pedro Mauro, couleurs Marcelo Maiolo. (parution 21 septembre 2016)

    libertalia-la-cite-oubliee1640. Sur les rivages de la Jamaïque, Aldaïr Mac Allister, jeune architecte anglais aux ambitions trop novatrices pour son époque, croise la route de Bart Kingsley, charismatique pirate adoré de ses équipages.

    Aldaïr et lui vont poser ensemble en pleine jungle de Bornéo l’esprit et l’organisation d’une cité utopique : Libertalia, une cité d’hommes et de femmes libres et égaux. Au service de ce projet, le jeune architecte anglais se trouve un destin, alors qu’il ne rêvait que de carrière.

    Mais ils sont pris en chasse par la plus puissante marine de l’époque, la terrible flotte de la Compagnie Néerlandaise des Indes Occidentales. Les Hollandais sont prêts à tout pour avoir la tête de Bart et détruire l’esprit dangereusement subversif de Libertalia.

    Les espoirs de fraternité de Bart et ses hommes semblent sur le point d’être anéantis. D’autant qu’à la tête de l’armada hollandaise se trouve Jan De Vries, qui a un compte personnel à régler avec Bart. Le rêve de Libertalia, annonçant les prémices des démocraties modernes, risque bien d’être brisé par un homme animé d’une haine meurtrière…

     

  • T4 la sculpture : Electra.
    Dessin Éric Liberge, couleurs Christian Favrelle. (parution 21 septembre 2016)

    ElectraÉlectra, sculpteuse corinthienne réputée se prend d’affection pour le jeune Zacharias dont le talent naissant l’enchante. Nous sommes en – 146 avant JC et bientôt les légions romaines vont mettre la ville à feu et à sang.

    Alors que le peuple fuit devant l’envahisseur, Zacharias va prendre tous les risques pour sauver sa sculpture. Folle d’angoisse, Électra finit par le retrouver dans son propre atelier. Elle ne peut qu’assister au meurtre sanglant du jeune enfant.

    Révoltée, ivre de chagrin et de colère, Électra sera prête à tout pour identifier le coupable et le traquer jusqu’au cœur de Rome.

    Elle pourra compter sur l’aide de Marcus, homme juste et légionnaire respecté, bientôt nommé chef de la garnison. Mais sous le coup des complots au sénat, Marcus est remplacé par Néréus, l’intouchable fils du plus puissant des sénateurs romains.

    Et quand Néréus, disposant désormais de tous les pouvoirs, entraine Rome dans un bain de sang et de terreur, plus personne n’ose se dresser contre lui.

    Personne, sauf Électra…

     

  • T5 le cinéma : Le rêve de Curtis Lowell
    Dessin Karl T, couleurs Christian Favrelle. Parution 2017.

    Hollywood,Le reve de Curtis Lowell 1939.

    Art et Franck Blumenfeld tournent les derniers plans de leur prochain film. Lors d’une pause, ils tombent dans le journal sur un nom qui les glace d’effroi : celui de Curtis Lowell, auteur d’une bande dessinée publiée en strip.

    Un an auparavant, les frères Blumenfeld ont en effet engagé Lowell comme dessinateur de plateau pour un film inédit qui aurait dû faire leur fortune.

    Il s’agissait du premier western entièrement tourné en décors naturels, au cœur de la Monument Valley, avec des cascades jamais vues et de véritables indiens comme figurants…

    Malheureusement le tournage a été stoppé brutalement suite à un drame sanglant : sur un accès de folie, Curtis Lowell a assassiné l’un des indiens du plateau puis agressé Franck avant de prendre la fuite.

    Du moins, selon la version officielle…

 

 

  • T6 la littérature : Par dessus les nuages
    Dessin Fabrice Druet, couleurs Christian Lerolle. Parution 2017.

    Par-dessus les nuages
    Londres, 1905.

    Jonathan Ridges, jeune employé des éditions Cosgrove, demande sa main à la belle Ashley. Mais à peine a-t-elle accepté, qu’en sortant du restaurant une voiture emportée par un cheval fou fauche la jeune femme.

    Emmuré dans sa douleur, Jonathan est sur le point de mettre fin à ses jours. Pour l’aider à surmonter son deuil, son employeur, Richard Cosgrove, père d’Ashley et éditeur passionné, le charge de partir en Russie.

    Sa mission : en ramener le premier recueil d’un poète prometteur, Dimitri Alechinsky, artiste charismatique à l’univers exalté qui tente de refaire le monde avec ses compagnons de la jeunesse moscovite.

    Sitôt arrivé Jonathan va devenir lui-aussi la cible de l’Okhrana, la terrible police secrète du tsar, déterminée à faire payer très cher les espoirs de liberté du poète et de ses amis…

 

 

  • T7 la musique : La mélodie d’Ostelinda.
    Dessin Marc Bourgne.

  • T8 le théâtre : Les amants du Rialto
    Dessin Steven Lejeune.

  • T9 l’audiovisuel : Rudi
    Dessin Olivier Berlion.

Autres projets en cours :

  • Double album. Dessin et aquarelle : Benoît Blary.

  • One shot. Dessin et aquarelle : Séverine Lefèbvre.

 

  • Currently writing several issues of a major comics series for french publisher Glénat

  • Feature film (co writing with french director)

  • 90′ film for french TV

I’ve been writing for more than 30 years now. And well, I had a life too, sometimes agitated, time and energy consuming. While I sometimes consider myself a poet, I must confess I am a passionate thinker. And entering the world of screenwriting, 15 years ago, only made things worse.

Now I know it only made things better. While experiencing the marvels on the writing trip, I quite soon understood I had found the best door to let my thinking and intuitions free. Screenwriting has been for me a fascinating revelation. It has the reputation of being the most difficult form of writing. And definitely the most addictive. But most of all, it is a brain transformation travel. You know what I mean : when you give a shot at this game, you literally feel your neurons wire, heat and connect.

Stories are made of time and emotions. But most of all I believe that ultimately they are made of intelligence, which is just another word for true humanity.

I love to write, I love to think, to learn and share what I’ve tested and experienced.

I love to be part of creative teams, working on ambitious projects, I love partnership, hard work, creative drive, momentum, energy, enthousiasm.

And I have an absolute confidence in life.

So, what’s next ?

contact : omeyer.marc (at) gmail (dot) com

Be Sociable, Share!

Stories beyond frontiers. Les histoires font la loi.